Huitième rencontre/écoute d’Addor

dimanche 13 février 2011

Addor vous invitait à rencontrer Elsa Hourcade et Bertrand Larrieu le lundi 7 février à Paris.

[bleu violet]Elsa Hourcade et Bertrand Larrieu : quand la création documentaire sonore s’expose[/bleu violet]

L’Association pour le développement du documentaire radiophonique (Addor) vous proposait de rencontrer deux jeunes créateurs le lundi 7 février 2011 à partir de 19 heures aux Voûtes (19, rue des Frigos - 75013 Paris). La soirée était animée par Anaïs Kien.

Une quarantaine de personnes sont venues les écouter parler de Travelling, une exposition sonore composée de docu-fictions audios et de dispositifs d’écoutes in situ, à l’hôpital de Gonesse (Val-d’Oise).

Entre mai et octobre 2010, les deux artistes ont mené des sessions de discussion et d’enregistrement auprès de patients et soignants, questionnant chacun dans sa relation au son, au bruit, à la musique et à sa propre voix. Ils ont ainsi recueilli les matériaux à partir desquels ils ont réalisé six compositions sonores – six facettes "décalées" de leur perception de ces semaines passées à comprendre ces lieux.

L’exposition s’est déroulée du 15 au 18 décembre 2010 dans le service de psychiatrie de l’hôpital. Elle était produite par l’association 100-Transitions, dans le cadre du dispositif "Culture à l’hôpital" financé par la DRAC Île-de-France.

La soirée organisée par Addor le 7 février commence par une performance d’Elsa Hourcade, comédienne de formation, qui alterne séquences enregistrées (avec les patients et le personnel de l’hôpital), et monologues qu’elle joue devant nous. Moment troublants à vrai dire qui associent temps du direct et temps du différé, et où on ne sait plus très bien qui est la jeune femme qui nous parle : l’animatrice de l’atelier, une journaliste, une visiteuse ?

Puis Elsa Hourcade et Bertrand Larrieu nous expliquent leur démarche et le travail en commun. Bertrand Larrieu est preneur de son et compositeur. Peut-être par provocation, il confie que le sujet de la psychiatrie ne l’intéressait pas a priori. De son côté, Elsa Hourcade renchérit et précise qu’il était important de parler d’autre chose que de souffrance psychique. Dans les modules sonores, on peut ainsi entendre des voix s’exprimer sur la pluie, sur des lieux réels ou imaginaires, sur un thriller théâtral en train de s’écrire… Et, précision importante, on ne sait pas si celui ou celle qu’on entend est patient ou soignant : toutes les voix qui s’entremêlent sont anonymes.

La question de la définition refait surface : pour Bertrand Larrieu, ce qu’on entend ce soir, c’est bien du documentaire, des « vraies gens » se sont exprimées, même si leur parole a été retravaillée, et si la mise en forme laisse aussi largement la place à la musique. Pour lui, il s’agit peut-être de « documentaires du rien ».


Elsa Hourcade - Comédienne et metteuse en scène formée à l’école du Théâtre national de Strasbourg, Elsa est cofondatrice de la compagnie Bro=Blo dont elle a codirigé plusieurs créations. Depuis plusieurs années, elle développe des projets de créations vidéo et audio avec le collectif 100-Transitions (Gonesse, Val-d’Oise).

Elle a régulièrement participé aux installations-performances du collectif d’architectes Raumalabor-Berlin (Berlin, Allemagne). Puis a été comédienne associée du Granit, scène nationale de Belfort, avant de
rejoindre en 2007 l’équipe de La Comédie de Caen, Centre dramatique
national de Normandie. Elle y a été directrice artistique du projet Les Archivistes et le Tabularium, pendant deux saisons.

Bertrand Larrieu - Compositeur, artisan du son, microphoniste… Depuis 1999, Bertrand réalise tour à tour compositions et bandes-son musicales pour le théâtre ou la danse contemporaine (Théâtre Craie, Christian Ubl, Yuval Pick, Florent Ottello…), ainsi que mixages et prises de son pour le film documentaire qu’il découvre ainsi, petit à petit (Seb Coupy, David Yon...). Autant de tentatives de fusionner techniques du son & composition musicale.

En 2008, il réalise le mini-documentaire "Nocturne", dérive urbaine miniature. Cette veine trouve alors sa saga avec "Off" : ces douze portraits sonores musicalisés composent un véritable album, documentaire et musical (produit par 100-Transitions). La voie du
field recording (ou microphonie) devient l’élément central de ses compositions : créer un paysage fugace et sensible, fait de paroles, de boucles, de bruits, et d’harmonie ; souvent documentaires par leurs matériaux, parfois fictionnelles par leurs formes. Suivent alors : "Diaphonie" / Algérie, "3 mouvements chinois" /
Pékin / UPPF, UPMF, UPPM, UPMM" / Bourgogne, "gucca" / Serbie (en cours), "turbulences" / Lisbonne (en cours)…

En 2009, il joue son propre rôle de perchman dans la chorégraphie "Transfuge" (Florent Ottello) : et l’acte technique devient danse… Danse, toujours, il part en Israël avec le chorégraphe franco-israélien Yuval Pick pour y enregistrer les matières sonores de son dernier spectacle chorégraphique ("Score", création en mars 2010, aux Subsistances, Lyon).

En 2010, il est lauréat avec Seb Coupy de la bourse d’écriture de la Scam (section création documentaire sonore-radio) avec "LUX", projet de film sonore au Burkina Faso. Il co-écrit également, avec Seb Coupy, son premier film documentaire : "Vu le candidat".


Photos : Marie-Noëlle Bertrand et Jim Ouzi